Documents: Latest From: Larry Hodgson:

La plante-araignée: n’en ayez pas peur!
by Larry Hodgson
by Larry Hodgson

email: horticom@horticom.ca

Larry Hodgson has given hundreds of lectures on gardening throughout Canada and the United States.

All the lectures are given with Larry's typical touch of humor and are fully illustrated with beautiful color slides.

They are either in English or French, according to your needs.

Larry is also Regional Director of the Garden Writers Association and has written many books.


May 23, 2010

S’il y a une plante d’intérieur que tout le monde connaît, c’est bien la plante-araignée (Chlorophytum comosum de son vrai nom). Elle fait partie de nos décors intérieurs depuis que le premier spécimen a été rapporté d’Afrique du Sud il y a 200 ans. Au début des années 1900, il n’y avait presque pas une maison en sol québécois qui n’en possédait pas au moins une… et nous aurions tout à fait intérêt à reprendre cette vieille tradition.

Jolie et utile

La plante-araignée est cultivée surtout pour son joli port – de longues feuilles rubanées qui s’arquent gracieusement autour du pot – et sa capacité à produire des quantités de «bébés» sur de longs stolons. C’est d’ailleurs en panier suspendu, où sa forme retombante est mise en valeur, qu'elle est la plus attrayante. Certains cultivars ont, de plus, un feuillage strié de blanc crème, ce qui ajoute une note de couleur à notre intérieur.

La plante-araignée n’est pas seulement jolie, elle est aussi très utile, puisqu’il s’agit d’une plante dépolluante: en effet, elle filtre l’air que nous respirons, enlevant des polluants de toutes sortes. Quand on apprend que l’air d’une maison typique, avec sa «super-isolation» qui réduit les échanges d’air au minimum, est plus pollué que celui de la ville de Los Angeles à l’heure de pointe, l’importance d’avoir des plantes dans la maison pour filtrer l’air devient évidente. Et la plante-araignée est particulièrement efficace à cet égard. Selon la N.A.S.A., il suffit de 16 plantes vertes diverses pour dépolluer en permanence, une maison moderne ordinaire. Comme l’araignée est un dépolluant encore plus efficace que la plupart des autres plantes, on pourrait probablement obtenir le même résultat avec un nombre moindre de cette plante.

Une culture facile

La plante-araignée est loin d’être de culture difficile… mais elle a quand même ses exigences. Il lui faut d’abord un bon éclairage, avec, si possible, quelques heures de soleil direct par jour. Un emplacement situé tout près d’une fenêtre orientée au sud, à l’est ou à l’ouest lui conviendra parfaitement. Elle s’accomode de l’humidité et de la température ambiantes d’une maison ordinaire, et de presque tous les terreaux d’empotage, de lourds à très aérés. Enfin, un peu d’engrais équilibré de temps à autre suffira pour la garder en forme.

Pour ce qui est de l’arrosage, la plante-araignée devient plus exigente. À prime abord, ses exigences ne semblent pas exagérées, car elle aime les mêmes conditions que la plupart des autres plantes d’intérieur, soit un terreau qui demeure constamment humide ou qui, tout au plus, sèche seulement un peu entre deux arrosages. Le problème, c’est que la plante-araignée produit un système racinaire tellement dense, qu’on a peine à humidifier son terreau! En effet, même si vous l’arrosiez abondamment, au point où le surplus d’eau s’écoule du plat, le lendemain, son terreau serait encore sec. C’est que l’eau d’arrosage a tendance à courir tout autour de la motte de racines plutôt que de s’y infiltrer. La seule façon sécuritaire d’arroser une plante-araignée, c’est de laisser ses racines tremper dans l’eau jusqu’à ce qu’elles soient gorgées d’eau. Pour ce faire, placez le pot (et encore faut-il que le pot ait des trous de drainage) dans un seau rempli d’eau pendant une heure. Ensuite, laissez bien égoutter et remettez l’araignée à sa place, l’arrosant de nouveau seulement lorsque le terreau paraîtra sec au toucher… et, avec les «racines réservoirs» de l’araignée, cela ne risque pas d’être le cas avant une semaine ou deux.

Encore plus d’araignées

Multiplier une plante-araignée est un projet fascinant pour les jeunes et moins jeunes et n’exige aucune expérience horticole. Il suffit de sectionner le stolon d’un des “bébés”. Pour le faire enraciner dans de l’eau, placez le “bébé” dans un verre transparent de façon à ce que les racines embryonnaires de sa base soient en contact avec l’eau. Une fois qu’elles commenceront à pousser, empotez-le dans un terreau ordinaire. Pour faire enraciner le “bébé” dans du terreau, il suffit de l’empoter en enterrant sa base. L’enracinement se fait en moins de deux… semaines.

On peut aussi multiplier une plante-araignée sans sectionner le stolon immédiatement. Pour ce faire, placez un pot de terreau à côté du plant-mère et faites-y courrir un stolon. Avec une pince à cheveux, attachez le “bébé” à la surface du terreau, maintenant ainsi sa base en contact avec le sol. Au bout de quelques semaines, tirez légèrement sur le “bébé”: s’il résiste c’est qu’il est enraciné et on peut donc sectionner le «cordon ombilical» qui le relie encore à sa mère.

Mâle ou femelle?

Parfois une plante-araignée refuse obstinément de faire des “bébés”. Les gens se demandent alors s’ils n’ont pas hérité d’une plante mâle.

En réalité, il n’existe pas d’araignée «mâle», ni d’araignée «femelle»: elles sont toutes hermaphrodites. Le problème découle probablement du fait que la plante ne reçoit pas assez de lumière pour fleurir (les stolons avec leurs “bébés” sont en fait des tiges florales modifiées). Augmentez l’éclairage et votre araignée sera sans doute couverte de “bébés” en moins de six mois!

La plante-araignée: facile, jolie et utile. Il en faudrait au moins une dans toutes les maisons!

  • New Eden
  • Kids Garden
  • Plant a Row Grow a Row