articles
 




Documents: Latest From: Larry Hodgson:

Cultivons l’iris versicolore:l’emblème floral du Québec
by Larry Hodgson
by Larry Hodgson

email: horticom@horticom.ca

Larry Hodgson has given hundreds of lectures on gardening throughout Canada and the United States.

All the lectures are given with Larry's typical touch of humor and are fully illustrated with beautiful color slides.

They are either in English or French, according to your needs.

Larry is also Regional Director of the Garden Writers Association and has written many books.


June 29, 2011

En cette année du 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec, quoi de plus «patriotique» pour une chronique horticole que d’encourager ses lecteurs à cultiver l’emblème floral officiel du Québec? Curieusement, jusqu'à récemment, cela m’aurait été impossible car notre emblème officiel – qui était le lis de la Madone (Lilium candidum) – ne se cultivait pas au Québec, n’étant pas assez rustique pour survivre à notre hiver! Et c’est ainsi que le Québec se démarquait une fois de plus: seule région au monde qui avait eu l’idée géniale de choisir comme fleur nationale une plante qui n’y pousse pas!

Vous l’avez peut-être deviné, le lis de la Madone a été sacré emblème floral par «erreur (pour ne pas dire gaffe) gouvernementale». En effet, on a cru que la fleur stylisée du drapeau québécois était une fleur de lis, et l’on a donc choisi un lis blanc indigène du sud de l’Europe comme fleur-emblème (en fait, le “logo” floral représentait un iris, aucune espèce en particulier, et était le symbole de la royauté française). Ceci dit, le terme «fleur-de-lys» existe vraiment mais dérive de l’iris des marais (Iris pseudacorus) qui pousse en abondance sur les bords de la rivière Lys en France.

Les botanistes de l’époque, nous étions en 1963 sous la gouverne du Premier ministre libéral Jean Lesage, avaient proposé une autre plante qui aurait adéquatement rempli son rôle d’emblème (puisque c’était un iris et qu’il était indigène au Québec) mais qui finalement a dû se contenter du nom d’«emblème non-officiel du Québec». Cette plante est l’iris versicolore (Iris versicolor). Depuis ce temps, de nombreux organismes et personnes se sont ralliés à la banière de l’iris versicolore comme emblème: botanistes, associations de défense de la nature, regroupements horticoles, etc. Même la plupart des dirigeants provinciaux admettaient que l’iris versicolore aurait dû être l’emblème floral du Québec… mais, bien que le dossier fusse encore «actif», nul gouvernement depuis plus de 30 ans n’avait osé soulever de nouveau la controverse.

Déclarer notre emblème officiel nous-mêmes

Pourquoi ne pas passer outre au gouvernement provincial et déclarer l’iris versicolore fleur-emblème du peuple? Cousin germain de l’iris des marais, mais de souche québécoise, l’iris versicolore a tout d’un emblème national. D’abord, de par ses trois sépales retombants et ses trois pétales dressés, il symbolise parfaitement la «fleur de lys» de notre drapeau. Aussi, l’iris versicolore n’est pas une «importée» de culture impossible, mais croît à l’état sauvage presque partout au Québec. Enfin, c’est une très jolie fleur… qui s’épanouit, de surcroît, à la Saint-Jean!

Une belle de nos cours d’eau

À l’état sauvage, l’iris versicolore croît près des cours d’eau, dans une terre humide, du Sud du Québec jusque dans le Grand Nord. Il produit des touffes denses de feuilles vert bleuté longues et pointues d’environ 1 m de hauteur. La fleur est de couleur variable (d’où le nom «versicolore»), allant du violet foncé au rose ou même blanc, mais surtout du bleu au bleu lavande.

En culture, l’iris versicolore s’est montré d’une adaptabilité exemplaire: il réussit tout aussi bien dans les sols secs et sablonneux que dans les sols humides et glaiseux, et au soleil ou à la mi-ombre. De plus, une fois ses fleurs fanées, qui s’épanouisent vers la fin de juin, il fait une très jolie plante de jardin et ce, grâce à son feuillage gracieusement arqué, pouvant facilement remplacer les très populaires graminées ornementales. C’est donc une plante qui a tout pour plaire.

Pas toujours facile à trouver en pépinière

L’iris versicolore, comme beaucoup de fleurs sauvages, était malheureusement encore assez rare à trouver en pépinière jusqu'à récemment… mais sa popularité augmente. En attendant, comme on ne veut pas piller notre «fleur-emblème» à l’état sauvage, contentons-nous d’en récolter des divisions seulement dans les secteurs en développement: aussi bien qu’il finisse ses jours dans un jardin que sous les roues d’un bulldozer, n’est-ce pas?

Cependant, il ne vous en coûtera rien de téléphoner à votre centre-jardin préféré pour voir s’il n’a pas, en sa possession, un ou deux plants d’iris versicolore à vous vendre. Sinon, il en vendra sûrement l’an prochain. En attendant, pourquoi ne pas profiter de la fin du mois pour faire une tournée dans la nature où vous verrez notre iris versicolore en plein épanouissement dans les zones marécageuses… Son aire de répartition géographique au Canada s'étend du Manitoba à Terre-Neuve.

Nous aimons tous une histoire qui se termine bien. Et bien, à l'automne 1999 le gouvernement du Québec a décidé de faire enfin de l'iris versicolore l'emblème officiel du Québec. Ce qui prouve qu'à force d'acharnement l'on arrive à corriger les erreurs du passé. L’iris versicolore: notre emblème floral à nous, jardiniers québécois.

  • New Eden
  • Kids Garden
  • Plant a Row Grow a Row